fren

ENGAGÉS ! #02

Chaque semaine, suivre ceux qui se mobilisent et nous font avancer

Le journal de Cristalco pendant la crise COVID-19

#unpeumeilleurchaquejour

"Très vite, le sentiment de servir un intérêt général a pris le dessus sur les craintes"

En première ligne, les équipes de la Supply Chain ont vécu très concrètement le boom de la demande lié à la crise. Pour assurer la continuité de toutes les livraisons, dans des schémas bouleversés, la Supply Chain, "chaîne dans la chaîne", a pu compter sur un engagement hors norme. Témoignages. 

"Dès le premier jour, recréer notre chaîne"
Jean-Marc Sarrazin, Head of Supply Chain de Cristalco
En quelques jours, la demande de sucre et d’alcool surfin a explosé, avec une ampleur jamais connue. Dans le même temps, il a fallu du jour au lendemain, travailler à distance, chez soi, tout en maintenant un lien fort avec les équipes mobilisées en usine. Dès le premier jour de confinement, nous avons été en capacité de récréer notre "chaîne" malgré des réalités très différentes pour les uns et les autres. Du Customer Service qui prend les commandes aux équipes sur sites qui préparent et chargent sur site … en intégrant les priorités commerciales dans la fonction centrale de planification, jusqu’aux transporteurs. Dans tous les segments, il a fallu changer les habitudes. Avec sur le terrain, le défi de l’hygiène de la sécurité mais aussi de l’anxiété. Par ailleurs, la nécessité de prioriser les CHU et les officines pour les demandes d’alcool, nous oblige à travailler en permanence avec une question nouvelle : "Quels sont nos stocks ? Quelles sont nos capacités d’expédition ?". Partout, nos schémas sont devenus plus courts car pour que la "chaîne" fonctionne, l’information doit circuler très vite. 

"Ça nous a rappelé la guerre du Golfe"
Didier Alvernhe, Senior Manager Customer Service et Luc Compagnoni, Senior Back-Office, Credit manager.
C’est le Customer Service qui a pris la mesure, en premier, de ce qu’il se passait. Et de la pression aussi : celle de fournir le produit le plus rapidement possible. L’urgence pour nous était de pouvoir traiter toutes les commandes en temps et en heure. Notre première action de crise a été de faire de la boîte mail du Customer Service le point d’entrée principal des demandes, et non plus le téléphone. 
Pour le sucre, ça nous a rappelé la guerre du Golfe. Il y a eu le même phénomène de ruée qu’à l’époque. La demande en sucre conditionné en grande distribution s’envole. Avec des stocks élevés qui se reconstituent grâce à la poursuite de la production, nous pouvons y répondre sans difficultés aujourd’hui comme demain. Quant à l’alcool, le défi c’est aussi l’afflux de très nombreux "nouveaux" clients (CHU, laboratoires, officines…) qu’il faut servir en urgence avec des conditionnements et des volumes différents de ceux de l’industrie, que nous livrons habituellement en camion-citerne. Tous ces nouveaux clients, mais aussi les changements en urgence de point de livraison, qui sont fréquents, doivent être très vite enregistrés dans notre système d’information. Un travail énorme que mène le back-office. Et de cela dépend notre bonne coordination et surtout la livraison en temps et en heure.

"Préserver le rouage le plus décisif, les sites de production"
Thierry Gribet, Supply Chain and logistics manager
Le rouage le plus décisif, ce sont les sites de productions (10 sucreries et 4 distilleries) : les équipes sont présentes physiquement pour gérer les stocks, charger les camions… À l’administration des ventes, comme au  poste de chargement, la peur du "contact" était présente. Les premiers jours, nous avons même connu une certaine défection. Mais pour la majorité, très vite, le sentiment de servir un intérêt général l’a emporté. Depuis, chacun assure son travail avec la conscience d’une mission d’intérêt public pour l’alimentaire et la santé, dans un quotidien chamboulé par des conditions d’hygiène très strictes.
Enfin, rien ne serait possible sans nos partenaires transporteurs et leurs chauffeurs routiers. La relation durable et franche que nous entretenons avec une cinquantaine de transporteurs a été une vraie force. Dès les premiers jours, nous les avons contactés pour savoir comment ils allaient, et pour les assurer de notre bienveillance. Et comme hier, nous continuons à permettre aux chauffeurs d’accéder aux sanitaires et aux douches, à l’heure où de nombreuses stations-service d’autoroute ferment leurs portes. Notre plan de continuité d’activité repose aussi sur eux.

#ensemblecestmieux

Protéger les chauffeurs

Dès les premiers jours de la crise, les transporteurs qui assurent nos livraisons nous contactent. Ils ne trouvent pas de solution hydroalcoolique (SHA) pour désinfecter les cabines de leurs camions entre deux livraisons et nous sollicitent pour les aider. Le système D fait le reste grâce un vrai élan de solidarité. Le site Dislaub à Buchères (Aube) livre de l’alcool rectifié à la pharmacie Rivière, une officine voisine qui produit elle-même de la solution hydroalcoolique. Depuis, nos transporteurs s’y rendent régulièrement de la part de Cristalco pour s’y fournir en bidons de 10 litres.

#ledirect

A Cristanol, de l’anxiété à la fierté 

Flashback. Le 17 mars, la France se confine. Et beaucoup d’usines ferment leurs portes. Pas la distillerie Cristanol située près de Reims où l’on produit du bioéthanol et de l’alcool. Aussitôt, les équipes opérationnelles font part de leur inquiétude. Dès le premier jour, Fabien Godefroy, responsable de la Supply Chain du site, joue pleinement son rôle de manager de proximité. "J’ai beaucoup écouté et expliqué quelle était la situation et la place de l’entreprise dans cette crise en partageant les informations jour après jour dont je disposais. En même temps il s’agissait de rassurer en décrivant comment se protéger en respectant les gestes barrière et en rappelant que nous avions tous les équipements nécessaires (masques, gants, gel hydroalcoolique…)." 
En quelques jours, les craintes se dissipent. Un chef d’équipe confie à Fabien que des opérateurs lui ont dit qu’ils se sentaient plus importants et plus utiles aujourd’hui qu’hier. L’un d’entre eux, non sans fierté, raconte qu’un gendarme l’a laissé passer sans lui demander d’autorisation de circuler quand il a dit qu’il travaillait chez Cristanol. 
Trois semaines après le début du confinement, la Supply chain tourne à plein. Avec des horaires étendus de chargement de 5h30 à 19h30. Et des équipes fidèles au poste pour assurer les livraisons d’alcool qui ne cessent d’augmenter au fil des jours…

#lechiffre

+ 60% et + 40% 

Une hausse inédite des commandes depuis le début de la crise. + 60% pour le sucre à destination de la grande distribution et + 40% pour l’alcool surfin.

#merci

Merci à nos clients qui nous disent merci ! 

Depuis plusieurs jours, nous recevons des courriers de remerciements de nos clients saluant nos efforts, et aussi ceux des transporteurs, dans le rôle que nous jouons à leurs côtés pour assurer la continuité de leur activité et relever ensemble le défi sanitaire et alimentaire. De tels messages font chaud au cœur de tous ceux qui dans les usines ou leurs "bureaux" contribuent à cette chaîne de solidarité et d’engagement. Encore merci.

Contactez Service client B2B

Par téléphone au

+ 33 1 42 99 00 00