fren

ENGAGÉS ! #01

Chaque semaine, suivre ceux qui se mobilisent et nous font avancer

Le journal de Cristalco pendant la crise COVID-19

#unpeumeilleurchaquejour

"En deux semaines, on a complètement repensé notre métier"

Témoignage d’Ernst Van Der Linden, Directeur des ventes alcools et bioéthanol chez Cristalco. Il nous raconte comment l’entreprise a mobilisé et bouleversé sa production d’alcool pour répondre au défi sanitaire.

La prise de conscience de l’urgence sanitaire dès février.
Dès le 5 février, on a pris conscience. Je me souviens qu’on avait partagé une carte de progression de l’épidémie, encore essentiellement centrée sur la Chine. On a senti que le gel hydroalcoolique allait devenir un enjeu. Et que l’alcool serait en première ligne. 
Depuis 2009 avec la crise du H1N1, certes, une partie de notre production d’alcool est destinée à des "pure players" fabricants de gel hydroalcoolique. Mais cela restait assez marginal. 
Nos volumes sont d’abord destinés à la parfumerie, la cosmétique, les spiritueux et les laboratoires pharmaceutiques ; nous fournissons aussi du bioéthanol aux  pétroliers et à la grande distribution, secteur quasi à l’arrêt aujourd’hui avec les restrictions de circulation.

La prouesse humaine pour tout changer
Il y a deux semaines, quand tout le monde a réalisé l’ampleur du besoin en gel hydro-alcoolique, il a fallu trouver des solutions d’urgence, pour la France mais aussi pour l’Europe toute entière. En tant que premier acteur d’alcools traditionnels en Europe, nous étions très attendus. En dix petits jours, nous avons su bouleverser notre industrie et notre offre, dans un contexte inédit. On a dû tout changer. La priorisation de la production, les circuits de distribution, le conditionnement. En urgence, nous avons dû nous préparer à produire et à livrer l’alcool directement aux pharmacies, aux hôpitaux et ça a commencé à Mulhouse, avec l’hôpital militaire mobile qui nous a sollicités directement.

Des circuits directs inédits avec les hôpitaux, les pharmacies et les officines.
La demande en alcool s’est avérée tellement forte dans le secteur de la santé que le gouvernement a permis la production de solutions en circuit court. Du gel, c’est relativement simple à fabriquer : un peu de glycérine, d’eau oxygénée… et d’alcool, qui est la substance active. Ce qui est compliqué, c’est l’alcool, qui doit être d’une qualité "rectifiée" irréprochable, ce que peu d’acteurs peuvent produire et garantir. 
La fourniture d’alcool a donc été dérèglementée et cela a exigé de nombreux ajustements. Notamment la capacité à démultiplier les livraisons et à innover en matière de conditionnement, beaucoup plus petits que d’habitude : bidons, fûts, containers.
Les ventes de nos substances actives d’alcool, sous label Biocidal, ont été multipliées par 5 ou 6, des volumes qui déséquilibrent nos chaînes de production, de conditionnement, mais aussi de livraison. Les distilleries de notre groupe Cristal Union sont passées de 2 à 12 millions de litres par mois en production ; en deux semaines, on a complètement repensé notre métier. En temps normal, cela aurait pu prendre jusqu’à deux ans !

Le gel hydroalcoolique certes, mais pas seulement…
L’enjeu c’est de répondre à ce pic en maintenant la continuité de production avec le secteur pharmaceutique, que nous fournissions avant la crise notamment pour la fabrication de médicaments dérivés du plasma sanguin. Tenir la continuité des livraisons pour la fabrication de médicaments est tout aussi crucial dans cette période.
Nous tenons aussi à être capables de soutenir nos clients avec lesquels nous sommes engagés, en France et à l’international. Nous ne renonçons pas à traverser les frontières. Ce sont des arbitrages en permanence, des milliers de petits ajustements à trouver sur le terrain, et surtout, la mobilisation quotidienne incroyable de tous nos métiers et équipes.

#ensemblecestmieux

"Les dons d’alcool se multiplient… ou comment livrer très vite de gros volumes"

La mobilisation, c’est aussi celle de nos clients, luxe et spiritueux.  Quand ils soutiennent et comprennent la priorité que nous donnons aux hôpitaux, aux pharmacies et aux fabricants de gels. Et bien sûr quand ils se mobilisent eux-mêmes de manière massive pour faire des dons d’alcool... le défi est alors pour nous de mobiliser, souvent au pied levé, des volumes importants et d’assurer une logistique parfaite. Lorsque Pernod Ricard offre 70 000 litres d’alcool au laboratoire Cooper, premier fournisseur de gels hydro-alcooliques en pharmacie, nous sommes capables en deux jours de mettre à disposition les bons volumes au bon endroit. Ces derniers jours, nous nous sommes organisés pour accompagner la décision de Rémy Cointreau de faire directement don aux CHU de sa région… soit 10 000 litres en format de bidons de 10 L à conduire à bon port.

#ledirect

Avec l’armée et l’"hôpital de campagne" de Mulhouse 

"Nous avons besoin d’être livrés le plus tôt possible". Ce mail signé du directeur de la production de la Pharmacie Centrale des Armées arrive le 17 mars sur le PC de Laurent Attard, responsable commercial Alcool du pôle Pharma. La commande ne ressemble en rien aux précédentes passées par ce client historique. Jusqu’ici, quelques 500 litres d’alcool fournis une à deux fois par an servaient à fabriquer des lingettes désinfectantes. Cette fois-ci, le besoin est proche de 10 000 litres de Biocidal et de PharmEthyl® pour produire en urgence de la solution hydroalcoolique. Soit 500 bidons d’alcool rectifié ensuite transformés et dispatchés vers ses différents sites. Parmi eux, figure le fameux EMR (Élément modulaire de réanimation) de Mulhouse déployé pour la première fois en France pour soulager l’hôpital de la ville débordé par l’afflux de patients. Le 20 mars, l’alcool surfin est chargé depuis notre distillerie d’Arcis-sur-Aube puis livré au laboratoire situé près d’Orléans. Juste à temps pour que la centaine de soignants de l’EMR qui a pris en charge son premier patient le 24 mars puisse sauver des vies en toute sécurité. "Nous avons la chance d’avoir un produit indispensable en ce moment", confie Laurent Attard. Et encore demain. Les services de l’Armée ont déjà passé commande pour le mois d’avril…

#vu#entendu

5000 litres d’alcool par jour pour une pharmacie du 6eme arrondissement de Paris : bravo aux équipes ! 

#merci

A tous les hommes et les femmes qui s’engagent pour suivre et enregistrer les commandes d’alcool et de sucre, gérer les flux documentaires et administratifs, comprendre les nouvelles réglementations, expliquer les priorités. A tous les hommes et les femmes qui s’engagent pour semer, fabriquer, conditionner, charger, transporter par terre, rail ou mer, partout en France mais aussi en Europe, dans un contexte difficile.

Contactez Service client B2B

Par téléphone au

+ 33 1 42 99 00 00